Sujet : 15

Comment répondre aux besoins culturels

Ce qu’il faut savoir

En prenant des décisions importantes en matière de santé, comme de choisir un traitement et des fournisseurs de soins, de décider du moment et de l’endroit où demander des soins, d’évaluer les risques et les avantages de certains soins médicaux et de la manière de passer sa période de fin de vie, il est très important de tenir compte de la culture de la personne.

Les attitudes culturelles et les croyances ont une influence sur la réaction d’une personne à la douleur, à la souffrance et à la tristesse. En outre, les gestes de routine comme le contact des yeux, les compliments, le respect de l'espace personnel, les signes de modestie et la communication non verbale sont très différents d’une culture à une autre. Il est important de respecter ces différences, d’agir avec sensibilité envers les valeurs et les croyances culturelles et de ne pas les juger. Nous faisons tous partie d’une culture bien particulière fondée sur des croyances et des pratiques particulières.

Il est crucial que les fournisseurs de soins de la personne comprennent les effets que sa culture auront sur ses soins.

N’oubliez jamais

  • Les attitudes, les valeurs et les croyances culturelles de la personne peuvent demeurer aussi fortement ancrées en elle que chez les résidents de son pays d’origine; toutefois, il est aussi possible que ces attitudes, ces valeurs et ces croyances se soient transformées avec le temps.
  • Les cérémonies et les rituels pratiqués en période de fin de vie diffèrent souvent beaucoup d’une culture à une autre.
  • Il arrive souvent que même au sein d’une famille, les différentes générations abordent leurs valeurs et leurs croyances culturelles différemment. La résolution de ces différences peut exercer un effet durable sur les membres de la famille.
  • La décision d’accepter du soutien d’un aidant naturel dépend très souvent de facteurs culturels. Dans certaines cultures, la famille est plus importante que ses membres individuels; la prise des décisions en matière de santé et la résolution des problèmes se font en famille. Certains fournisseurs de soins auront besoin de votre aide pour comprendre cette différence culturelle cruciale. Il est toujours important de désigner un mandataire spécial, surtout quand le médecin comprend mal les valeurs culturelles de la famille et que la personne n’est plus apte à expliquer ses valeurs, ses croyances et ses désirs.
  • La culture influence parfois aussi la notion du temps. Certaines cultures sont axées sur l’avenir alors que d’autres se concentrent plus sur le passé et sur le présent. Cela crée parfois des conflits intergénérationnels dans une même famille. Il est important de discuter de ces points de vue différents et d’en arriver à un compromis pour assurer le soutien et le bien-être de la personne dont on s’occupe.
  • Les valeurs, les attitudes et les croyances de la personne entrent parfois en conflit avec les méthodes de soins couramment appliquées. Dans certaines cultures, il est parfaitement naturel de demander l’aide et les soins de personnes qui ne sont pas membres de la famille, alors que ce n’est pas le cas dans d’autres cultures. Les services considérés comme nuisant aux valeurs, aux croyances et aux traditions culturelles de la personne ne seront pas acceptés (p. ex. seule l’épouse de l’homme qui a besoin de soins peut être son aidante naturelle, et non les amis de la famille).
  • Les gens qui ont entretenu des relations positives avec des fournisseurs de soins traditionnels communautaires comme des guérisseurs ou des herboristes continueront à chercher des soins similaires dans leur nouveau milieu.
 
Respectez l’influence que le passé de la personne peut avoir sur sa réaction face aux soins qu’elle reçoit. Si elle résiste aux soins, essayez dans la mesure du possible d’en découvrir la raison afin de la traiter avec douceur, soutien et respect.

Accompagnée d’un aidant naturel qui sait l’écouter, la personne malade ou en fin de vie pourra décrire les événements marquants de sa vie sans se sentie jugée… nous avons là une autre voie importante de guérison. Ces conversations profondes ont toujours un lien avec la culture de la personne.

 

1. Lisez cette situation fictive.

Shelley est l’aidante naturelle de sa belle-mère hispanique, Constanza. Mariée au fils de Constanza depuis cinq ans, Shelley est sûre de bien comprendre la culture hispanique. Cependant, elle est renversée d’apprendre que sa belle-mère veut interrompre ses traitements de chimiothérapie pour se confier aux remèdes que le guérisseur de sa communauté prépare lui‑même chez lui.

2. Que devrait faire Shelley? Pensez à ce que vous feriez avant de lire la réponse suggérée.

Réponse suggérée :

Shelley devrait expliquer à sa belle-mère que bien que les suppléments du guérisseur herboriste de sa communauté semblent plus agréables à prendre que des médicaments pharmaceutiques, ils ne sont pas inspectés par le gouvernement. Il est donc important de vérifier si ces remèdes ont été approuvés. De plus, le médecin de Constanza a demandé qu’on lui décrive tous les traitements et les remèdes que Constanza essaie, donc à des fins de sécurité, il faudra lui montrer les remèdes du guérisseur avant de commencer à les prendre. 

3. Lisez cette situation fictive

Dans sa Procuration relative au soin de la personne, le père d’Alain le nomme mandataire spécial. Toutefois, son frère aîné, Sang, n’approuve pas du tout la décision de son père. Dans leur culture coréenne, il revient au frère aîné d’assumer le rôle de mandataire spécial et de porte-parole de la famille. Cette tension au sein de la famille rend Alain très malheureux. Il craint cependant de s’opposer aux désirs de son père en lui demandant de nommer Sang à sa place.

4. Que devrait faire Alain? Pensez à ce que vous feriez avant de lire la réponse suggérée.

Réponse suggérée :

Alain devrait respecter les désirs de son père et éviter de créer plus de perturbations dans la famille en ce moment. Il pourrait prendre toutes les décisions nécessaires avec son frère aîné pour que celui‑ci se sente inclus et qu’il sache en tout temps ce qui se passe. 

5. Lisez cette situation fictive.

Jian est l’aidant naturel de Zhen. Jian vient d’une grande famille chinoise dont les membres sont très unis depuis des années. Comme bien des Chinois, Jian croit que le comportement des gens rejaillit sur la réputation de leur famille. Malheureusement, Zhen souffre d’une maladie mentale qui la rend incapable de contrôler son comportement. Jian aime Zhen profondément, mais il a honte de son manque de contrôle et se sent coupable. Il refuse donc toutes les offres d’aide, mais il s’épuise en s’occupant à lui seul de Zhen.

6. Si vous étiez très amis avec Jian, que feriez-vous pour l’aider? Pensez à votre réponse avant de lire celle qui est suggérée ci‑dessous.

Réponse suggérée :

Allez voir Jian et dressez une liste de tout ce qu’il y a à faire pour s’occuper de Zhen. Choisissez quelques petites tâches qui ne nuiront aucunement à la vie privée de Jian. Accomplissez‑les efficacement. La semaine suivante, examinez la liste et trouvez‑y une ou deux autres tâches à effectuer pour aider Jian. Entamez avec beaucoup de tact des discussions sur la santé mentale et sur toutes les manières dont elle se manifeste. Montrez à Jian que vous le comprenez. 

 

Consultez ces autres ressources pour approfondir vos connaissances sur les besoins culturels et sur ce que vous pouvez faire dans votre rôle d’aidants naturels.

À la croisée de la médecine et de la culture
https://www.cmpa-acpm.ca/fr/advice-publications/browse-articles/2014/when-medicine-and-culture-intersect