Sujet : 13

Comment aider à subvenir aux besoins physiques?

PDF

Téléchargez une version PDF de cette page ... HPCO - Sujet 13

Ce qu’il faut savoir

Les besoins physiques les plus courants sont :

  • Une perte d’appétit et des besoins nutritionnels;
  • Le souffle court;
  • Mauvaise odeur du corps;
  • Des gerçures ou des plaies de lit;
  • Un changement d’apparence (rétention d’eau, atrophie musculaire, perte de cheveux, changement de coloration de la peau);
  • Incontinence;
  • Constipation;
  • Incapacité de sortir du lit pour l’arranger;
  • Incapacité de se transférer du lit à la chaise;
  • Troubles buccaux;
  • Confusion;
  • Incapacité de se nourrir soi‑même.

L’information ci‑dessous vous aidera à répondre à ces besoins physiques.

Remarque : Vous trouverez des conseils pratiques sur la technique du bain au lit et de la toilette personnelle à la page du Sujet no 9.

Perte d’appétit et besoins nutritionnels

À quoi s’attendre

Le corps ne digère plus aussi bien qu’avant. Si le métabolisme de la personne ralentit, cette diminution de l’appétit est normale. La personne refuse peut-être la nourriture solide et ne veut prendre que du liquide. Elle risque de perdre du poids même si elle mange beaucoup. La perte d’appétit est souvent due à un changement du goût des aliments; certains deviennent trop amers, d’autres trop sucrés. La texture ou l’odeur de certains aliments causent parfois des nausées. L’envie de liquides diminuera aussi vers la fin de la vie. C’est normal. En forçant la personne à manger ou à boire, on risque de lui causer de la détresse, de l’étouffer ou de la faire aspirer de la nourriture ou du liquide dans ses poumons.

Comment aider une personne qui perd l’appétit?

  • La personne n’a pas besoin de manger tant qu’elle prend des liquides (bien qu’avec la progression de la maladie, elle aura aussi de la peine à avaler le liquide). Essayez d’ajouter des fruits ou du jus à ses frappés au lait ou aux fruits. Évitez de lui donner des jus d’orange, d’ananas ou de tomate purs, car l’acidité pourrait aggraver ses ulcères buccaux ou causer de l’indigestion.
  • Donnez-lui de l’eau, du thé ou des boissons gazeuses pour éliminer les mauvais goûts. En ajoutant du jus d’agrumes à la nourriture, vous rétablirez presque le goût normal des aliments.
  • Essayez de nouvelles épices ou de nouveaux arômes pour remplacer la nourriture trop salée ou trop assaisonnée.
  • Servez des sauces et essayez d’ajouter un peu de sucre, de basilic, de jus de citron ou de menthe aux aliments.
  • Faites mariner la viande dans de la sauce au soja, dans des jus de fruits sucrés ou dans du vin sucré.
  • Si la personne ne veut plus manger de viande, donnez‑lui des aliments qui contiennent beaucoup de protéines, comme des œufs, du poulet ou du poisson.
  • Choisissez des aliments tendres et faciles à manger.
  • Il lui sera plus facile de manger de petites portions cinq ou six fois par jour quand elle les demandera qu’un seul gros repas. Ne lui offrez que ce qu’elle désire.
  • Un verre de bière ou de vin (si le médecin le permet) stimule souvent l’appétit.
  • Offrez‑lui des assiettes froides de fromage cottage ou de fruits si l’odeur des aliments lui cause des problèmes.
  • Vous pouvez acheter des suppléments nutritifs à la pharmacie.
  • Ne craignez pas que la personne meure de faim ou de soif. Son corps apprend à cesser petit à petit de fonctionner en fin de vie. Il élimine graduellement le besoin de boire et de manger.

Regardez cette vidéo sur la façon de nourrir une personne.

Il arrive que les gens aient besoin d’aide pour se nourrir.

Souffle court, respiration pénible

Les troubles de la respiration sont différents chez chaque personne, mais ils effraient souvent beaucoup les aidants naturels. L’anxiété rend le souffle court, et le souffle court cause de l’anxiété. Appelez le médecin si la personne éprouve soudainement de la difficulté à respirer.

Signes indiquant que la personne a de la peine à respirer :

  • La respiration devient moins profonde;
  • Le rythme de la respiration change;
  • La respiration devient irrégulière;
  • Le tour de la bouche et le lit des ongles bleuissent;
  • La personne ne réussit plus à se débarrasser d’un mucus épais;
  • Elle émet des sons rauques et des gargouillis.

Remarque : Il n’est pas nécessaire d’observer tous ces signes pour déterminer que la personne a de la peine à respirer.

Comment aider une personne qui a de la peine à respirer

  • Efforcez-vous principalement de réduire l’inconfort et le sentiment de détresse de la personne.
  • Si la personne doit mener une activité fatigante, arrêtez‑la souvent pour qu’elle reprenne des forces.
  • Restez calmement près d’elle et incitez‑la à relaxer et à respirer plus lentement.
  • Créez un courant d’air en ouvrant une fenêtre ou en branchant un ventilateur.
  • Évitez les parfums, qui risquent de déclencher un accès de toux ou des éternuements et de causer le souffle court.
  • Utilisez un humidificateur pour dégager le mucus afin que la personne puisse s’en débarrasser en toussant.
  • Servez‑lui des boissons chaudes contenant du jus de citron et du miel pour dégager le mucus.
  • Dites à la personne de s’asseoir en plaçant ses bras sur un coussin ou sur la table de lit; relevez la tête du lit pour lever le haut du corps de la personne.
  • Desserrez les vêtements et les couvertures du lit.
  • Si vous ne réussissez pas à nettoyer ses sécrétions à l’aide d’un écouvillon, demandez au médecin de prescrire un médicament qui assèche les sécrétions.
  • Placez une compresse froide sur son front ou sur sa joue pour réduire la sensation d’avoir le souffle coupé.

Gestion de l’oxygénothérapie

Faites bien attention! La plus petite étincelle peut créer une flamme ou causer une explosion. N’utilisez pas de Vaseline, car elle contient du pétrole, qui prend facilement feu.

  • Ajustez bien la position du masque sur le visage de la personne.
  • Fermez la valve d’oxygène quand vous ne vous en servez plus.
  • Si le tube irrite la peau, placez un coussinet adhésif sous le tube.
  • On ne recommande pas de donner de l’oxygène en fin de vie, à moins que la personne ne l’ait utilisé pendant toute sa maladie, auquel cas l’oxygène améliorera son confort.
  • Si les tubes irritent la personne derrière les oreilles, demandez des coussinets de protection au fournisseur d’oxygène. 

Mauvaise odeur corporelle

Si le corps est atteint d’une maladie grave et que le foie ou les reins ont de la difficulté à évacuer les toxines, il dégagera une mauvaise odeur. La personne aura beau se laver, cette odeur ne s’en ira pas. Le diabète cause aussi un trouble que l’on appelle l’acidocétose, qui produit une odeur fruitée dans l’haleine ainsi qu’une odeur corporelle distincte. Si la personne que vous aidez est diabétique, considérez cette odeur comme une urgence médicale et appelez immédiatement de l’aide.

Cependant, si la personne s’achemine vers une mort naturelle, il n’est pas nécessaire d’appeler le 911.

Les aidants naturels sont souvent obligés de porter un masque pour supporter ces fortes odeurs, mais cela risque d’attrister la personne.

Au lieu de porter un masque, essayez de suivre l’un des conseils pratiques suivants pour masquer les odeurs :

  • Placez du moût de café dans sa chambre;
  • Placez un bol de bicarbonate de soude dans sa chambre;
  • Utilisez un diffuseur d’huile essentielle;
  • Ouvrez la fenêtre pour laisser entrer l’air frais.

Veillez à ce qu’on nettoie souvent la peau et la bouche de la personne et que l’on change son lit aussi souvent que nécessaire.

Regardez cette vidéo pour apprendre à changer les draps si la personne ne peut plus sortir de son lit.

Aromathérapie

L’aromathérapie est l’inhalation d’huiles essentielles de plantes. On peut aussi l’appliquer sur la peau. Cela peut aider :

  • À relaxer la personne;
  • À alléger son anxiété;
  • À réduire sa dépression;
  • À alléger sa douleur;
  • À atténuer ses nausées;
  • À alléger des symptômes physiques;
  • À alléger les effets secondaires de la chimiothérapie;
  • À mieux dormir;
  • À réduire son stress et sa tension;
  • À alléger sa détresse psychologique et à lui donner du soutien émotionnel;
  • À rehausser son bien-être et sa qualité de vie;
  • À rehausser son image de soi.

Demandez à votre pharmacien où vous pouvez acheter un diffuseur et des huiles essentielles.

Gerçures et plaies de lit

Lorsque vous voyez une rougeur douloureuse aux points de pression ou dans les plis de la peau, des régions de peau sèche qui cause des démangeaisons, des plaies ouvertes ou des gerçures qui suintent, vous faites face à des plaies de lit.

Ces problèmes et ces plaies proviennent de différentes causes, comme :

  • L’immobilité;
  • Une carence nutritive;
  • Des changements du métabolisme qui incitent la personne à changer de position moins souvent;
  • Le glissement des draps qui cause souvent des déchirures minuscules qui risquent de s’infecter;
  • Le vieillissement qui amincit la peau et la rend plus apte à se déchirer;
  • Un manque d’oxygène dans les tissus aux points de pression, ce qui cause des plaies;
  • Des infections à levure dans les plis de l’aine et sous les seins.

Comment soulager les troubles cutanés

  • Établissez un horaire pour changer la personne de position à intervalles d’une ou deux heures en la soulevant à l’aide d’un drap ou d’une alèse.
  • Placez un coussin de mousse sur le matelas.
  • Placez des coussins ou des draps sous les régions osseuses pour les protéger. Placez un oreiller entre les genoux de la personne quand elle est couchée sur le côté.
  • Massez doucement ses hanches, ses talons et son coccyx avec une lotion hydratante.
  • Veillez à ce que ses draps et ses couvertures soient bien plats et secs.
  • Donnez-lui un bain au lit. (Voir le sujet no9)
  • Utilisez des serviettes de flanelle, car elles sont plus douces que les serviettes éponges.
  • Mettez des gants pour que votre peau rugueuse ne blesse pas la personne.
  • Signalez les changements cutanés de la personne à ses fournisseurs de soins.

Regardez cette vidéo pour apprendre à tourner la personne dans son lit en toute sécurité. 

Changements d’apparence

Parfois, des liquides s’accumulent dans les tissus ou dans l’abdomen, ce qui fait enfler les pieds, le bas des jambes et les mains.

Que faire pour les enflures

  • Élever les pieds de la personne quand elle est dans une chaise ou dans son lit.
  • Masser les enflures pour faciliter l’absorption des liquides.

Que faire en cas d’atrophie musculaire

La perte de puissance musculaire provient de la maladie ou du fait d’être resté longtemps dans un lit. La personne aura besoin d’aide pour marcher, pour s’habiller ainsi que pour se mettre au lit et en sortir.

  • Rassurez la personne en lui disant que vous êtes heureux de l’aider.
  • Reconnaissez qu’il est normal que la personne s’irrite en se sentant faible et fatiguée.
  • Utilisez une clochette ou un interphone bébé pour arriver rapidement au chevet de la personne quand elle a besoin de vous.
  • Louez une marchette ou un fauteuil roulant au besoin. 

L’incontinence

Le manque de contrôle des intestins et de la vessie est si commun que les magasins offrent de nombreux produits cet effet.

Que faire en cas d’incontinence

Les vêtements pour incontinents de marques StayfreeTM, DryPlus, TM AttendsTM, PoiseTM, permettent de maintenir les draps propres et secs. Changez‑les souvent. Appliquez une crème à l’oxyde de zinc pour que la peau ne s’irrite pas.

Remarque : Portez des gants ou lavez-vous les mains à l’eau et au savon chaque fois que vous changez un vêtement d’incontinence.

Regardez cette vidéo pour apprendre à changer les vêtements d’incontinence.

La constipation

La constipation provient du fait que la personne ne boit pas assez, ne mange pas assez, ne prend pas assez de fibres, ne fait pas assez d’exercice physique ou que ses intestins ralentissent à cause des médicaments antidouleur à base d’opioïdes qu’elle prend.

Voici quelques conseils pour aider une personne constipée. Soulignons qu’aucun de ces conseils ne s’applique aux patients en fin de vie.

  • Faites boire à la personne de 8 à 10 verres d’eau par jour. Évidemment qu’en fin de vie, ce volume n’est plus réaliste et risque de causer de la détresse chez la personne. Les patients en fin de vie ne boivent souvent pas plus d’une demi-tasse par jour.
  • Ajoutez toujours plus de blé entier dans son alimentation.
  • Offrez-lui une boisson chaude le matin.
  • Encouragez‑la à marcher et à faire de l’exercice dans son lit.
  • Évitez de lui donner du chocolat, du fromage et des œufs.
  • Surveillez ses selles et son abdomen pour y détecter un gonflement et de la douleur dus à la constipation. Demandez à une infirmière de lui mettre un suppositoire. 

Troubles buccaux

Les troubles buccaux ont différentes causes, comme :

  • La déshydratation;
  • Les infections de levure comme la mycose buccale (mauvaise haleine, taches blanches sur la langue, plaies dans la bouche et la gorge). Attention : La mycose buccale est contagieuse. N’embrassez pas la personne sur les lèvres et ne vous servez pas de ses ustensiles si vous soupçonnez qu’elle en est affectée.
  • Des aphtes buccaux;
  • Les lèvres gercées;
  • Le dentier mal ajusté (ou le refus de le porter);
  • Des dents cariées (mal de dents).

Que faire en cas de troubles buccaux

  • Maintenez la propreté et l’humidité de la bouche de la personne.
  • Retirez son dentier avant de lui laver la bouche et nettoyez‑le à l’aide d’un bon produit conçu pour cela; le médecin prescrira peut-être une crème médicamentée pour masser les gencives où se pose le dentier.
  • Traiter les lèvres gercées de la personne.
  • Donnez-lui souvent quelques gorgées d’eau si elle les tolère, ou humidifiez sa bouche à l’aide d’un vaporisateur.
  • Nettoyez sa bouche souvent, même toutes les deux heures, et assurément au réveil, après chaque repas et avant de dormir.
  • Pour soigner la mycose buccale, demandez au médecin de prescrire au besoin un médicament rince-bouche que la personne peut avaler.
  • Utilisez un rince-bouche doux qui ne contient pas d’alcool.

Signes indiquant que la bouche guérit

  • Les membranes muqueuses sont roses et humides;
  • La bouche est propre;
  • Les taches de la mycose diminuent en taille et en nombre;
  • La bouche fait moins mal.
 

Attention

  • Utilisez toujours une brosse à dents douce, car les brosses dures risquent d’endommager les gencives.
  • Évitez les rince-bouche commerciaux qui contiennent de l’alcool, car ils risquent de dessécher la bouche plus encore.
  • N’utilisez pas de soie dentaire, car elle risque d’endommager les gencives.
  • Évitez les aliments durs comme des carottes crues, des jus d’agrumes (jus d’orange, de citron, de limette ou de tomate).
  • Faites très attention si vous utilisez des bâtonnets d’éponge pour humidifier la bouche d’une personne démente ou confuse, car elle pourrait mordre l’éponge et s’étouffer. Utilisez plutôt une brosse à dents douce.


Regardez cette vidéo pour apprendre à donner des soins buccaux.
 

 

 

Préparation d’un rince-bouche tout simple avec les ingrédients que l’on a chez soi

1 tasse d’eau, 1 cuillère à thé de bicarbonate de soude et 3 gouttes d’huile essentielle de menthe. Mélangez tous les ingrédients dans un bocal de verre et secouez‑le bien. Rangez‑le sur le comptoir de la salle de bain.

La confusion 

La confusion s’installe souvent très lentement et empire graduellement en causant une perte de la mémoire à court terme, une mauvaise concentration, de la difficulté à prendre des décisions, l’illusion de voir et d’entendre pendant la nuit des événements qui n’ont pas lieu. La personne risque aussi de se mettre en colère ou de s’effrayer sans raison valable.

Comment aborder la confusion

  • Commencez par rejoindre ses pensées.
  • Rappelez souvent à la personne qui vous êtes.
  • Quand vous parlez à la personne, tenez-vous face à face et éteignez la télévision et la radio.
  • Laissez un calendrier et une horloge bien en vue pour que la personne puisse s’orienter.
  • Ne laissez pas la personne seule pendant de trop longues périodes.
  • Parlez lentement et doucement en faisant des phrases courtes.
  • Rangez ses médicaments loin d’elle et amenez‑lui ses médicaments au lieu de la laisser s’en charger elle-même.

Appelez de l’aide si :

  • La confusion se manifeste ou empire soudainement.
  • La personne devient violente ou agitée.
  • Vous vous blessez ou la personne se blesse à cause de sa confusion.
  • Vous ressentez de la fatigue et vous avez besoin de relève.

Regardez cette vidéo pour apprendre à faire le lit quand la personne y est couchée.

Regardez cette vidéo pour apprendre à transférer une personne de son lit à sa chaise et vice versa en toute sécurité.

 

1. Lisez cette situation fictive.

Joe a 85 ans, et il vient de subir une opération à cœur ouvert. Pendant les mois qui ont précédé son opération, c’était un homme très actif physiquement et socialement. Son rétablissement est très difficile pour lui et pour son aidante naturelle, parce qu’il ne dort pas bien du tout. Joe adore faire de la lecture. Il a entamé plusieurs livres, mais il a de la peine à se concentrer. Il pensait que la lecture l’aiderait à passer le temps après son opération. Quand il se réveille pendant la nuit, il se sent désorienté, et cela le rend très anxieux.

2. Vous voudriez modifier la routine de Joe pour qu’il se repose bien pendant la nuit. Que lui suggérez-vous de faire? Pensez à quelques stratégies avant de lire la réponse suggérée.

Réponse suggérée :

Essayez de lire un livre à Joe le soir avant qu’il s’endorme. Suggérez‑lui de faire trois périodes de sommeil en 24 heures au lieu d’une seule longue période. Laissez la lumière allumée la nuit pour que quand il se réveille, il soit moins désorienté et anxieux. 

 

Utilisez ces autres ressources pour approfondir vos connaissances sur les moyens d’aider une personne à répondre à ses besoins physiques.

The Relationship between Mental Health, Mental Illness and Chronic Physical Conditions
https://ontario.cmha.ca/documents/the-relationship-between-mental-health-mental-illness-and-chronic-physical-conditions/

Back Pain Exercises and Stretches for Caregivers
https://www.spineuniverse.com/conditions/back-pain/back-pain-exercises-stretches